Essais de canons anti-grêle chez les arboriculteurs Cliousclatiens.

Pour empêcher les dégâts, il existe le canon anti-grêle, ou anti-orage. Il est déjà très utilisé dans les zones viticoles de France.

Il s’agit de mélanger de l’acétylène (gaz extrêmement explosif), à de l’air sec. On déclenche ensuite une étincelle avec une petite batterie. On assiste alors à une explosion de 130 décibels qui envoie une onde dans le ciel. Cette onde mélange alors l’air chaud et l’air froid du nuage évitant ainsi la formation de grêlons.

Le fameux canon se contrôle à distance : il suffit d’envoyer un signal avec son téléphone portable. L’onde de choc est propulsée à haute altitude et couvre plusieurs hectares d’hectares.

Il faut déclencher l’appareil vingt minutes avant l’averse orageuse. Mieux vaut donc se tenir bien informé des conditions météo.

Efficacité : « après quelques détonations dans un cumulonimbus bien noir, l’arboriculteur remarque que le ciel s’éclaircit. Même mes voisins sceptiques à la base, ont avoué avoir constaté la même chose ».

Physique des nuages et du son.

Les grêlons se forment dans les orages au-dessus du niveau de congélation, et en général à des températures plus basses que -20 °C, lorsque la vapeur d’eau se congèle sur un noyau de congélation. Les orages peuvent avoir plus de 10 kilomètres entre leur base et leur sommet. Les grêlons vont donc se former à plusieurs kilomètres au-dessus du sol et lorsqu’ils atteignent un poids plus importants que le courant ascendant dans l’orage vont commencer à tomber. Cette chute, d’une altitude de 5000 à 9 000 mètres du sol, va leur faire traverser une couche d’air où la température augmente et passe finalement au-dessus de zéro degré Celsius. Lorsque le grêlon se retrouve dans cet air au-dessus du point de congélation, il se met à fondre et diminue de diamètre. À la limite, lorsque les grêlons sont assez petits et la hauteur du point de congélation suffisante, ils fondront complètement avant d’atteindre le sol.

 

This entry was posted in Environnement, Non classé. Bookmark the permalink.

Comments are closed.