Restitution du travail réalisé par la commission Urbanisme.

 

Réunion publique en présence des représentants de

Communauté de Communes du Val de Drôme, concernant la construction de nouveaux logements au centre-bourg de Cliousclat

P1010091P1010094Ce qui fait patrimoine à Cliousclat : Un village dynamique, pas un village dortoir, qui vit toute l’année, actif et calme, une ambiance conviviale.

Une place de village pagnolesque . Une activité potière produite et vendue sur place.

La présence, la culture et l’histoire des poteries à travers le village.

Cahier des charges pour l’aménagement et la construction de logements sur un le terrain communal :

– stationnement : favoriser les piétons en leur accordant de la place, de l’espace et en ne réalisant pas un projet à l’ambiance routière. Favoriser et mettre en valeur la végétation existante et les espaces verts « sauvages » et minimiser l’impact des parkingsen proposant un projet global de stationnement organisé et limité mais justement dimensionné en fonction du nombre de nouveaux habitants. A l’issue des visites et lors du 2ème atelier des questions subsistent notamment sur la pertinence d’un stationnement sous immeuble (possible s’il n’a pas d’incidence sur la hauteur des bâtiments à construire ).

Circulation : Le souhait s’affirme de ne pas construire un projet déconnecté du village, refermé sur lui-même en impasse desservi par un seul accès mais plutôt de créer et prolonger l’existant des circulations piétonnes afin de favoriser la déambulation des visiteurs et des riverains. Il est important que des circulations traversantes permettent de relier le haut et le bas.

Sur la question des parkings, la volonté de ne pas trouver de voitures devant les immeubles va de pair avec la création de parking décalé, de proximité et une possibilité de dépose.

Ambiance : Enfin, les vues et les nouvelles façades doivent permettre d’agrémenter par leur qualité l’ambiance des espaces publics.

Favoriser l’accueil des familles et des jeunes, éviter les logements trop petits, construire des bâtiments performants au niveau énergétique et le plus « écologique » possible (prise en compte du vent, de l’ensoleillement, de la lumière, recours à des énergies renouvelables…), intégrer les éventuelles terrasses dans le volume bâti.

– intégrer les nouvelles constructions au village en s’inspirant des formes en place existante en termes de hauteur, matériaux, volumes… rechercher une harmonie avec les hauteurs de toit et les volumes existants, proscrire des formes trop rectilignes de type « barre », être attentif à la taille des ouvertures (ni trop petites, ni trop grandes).

A l’issue des visites et lors du 2ème atelier des questions subsistent notamment sur l’intérêt du mélange des matériaux, de la présence de la pierre dans les constructions à venir mais les envies se confirment et se précisent.

Forme architecturale et matériaux .Une architecture contemporaine est souhaitée dans la mesure où elle sera intégrée et sera en écho avec la qualité des constructions existantes sur place. Un soin devra être apporté à la mise en œuvre de matériaux de qualité pour des détails et des façades qualitatifs qui participent à la convivialité et à l’ambiance de l’espace public, des vues.

Il sera surtout recherché des matériaux « vibrants » pas forcément des pierres, un bel enduit, un béton de site peuvent être qualitatifs.

Volumes construits .Le souhait de volumes décalés, en décroché et qui suivent la pente

est confirmer afin de permettre une bonne intégration mais aussi les déambulations piétonnes, il nécessitera de travailler dans l’épaisseur de la parcelle.

Une attention devra être portée aux ombres portées des bâtiments les uns sur les autres en allant chercher le soleil y compris à l’ouest.

Les vues sur et depuis le paysage maintenir et valoriser les vues pour les riverains actuels et à venir sur le paysage, aménager un cadre verdoyant et des vues sur de la verdure sans bloquer les vues sur le paysage conserver une hauteur raisonnable en harmonie avec celle du Gier avec des constructions sous la ligne de crêtes des toits, fondre les nouveaux bâtiments dans le paysage végétal et bâti existant en recomposant un étagement, un épannelage des constructions, respecter les boisements et trouver de la verdure .Les visites ont confirmé l’importance de la présence du végétal et de la qualité des vues.

Intégration paysagère du projet et composition des vues Il sera nécessaire de garder un lien avec l’extérieur, le paysage et de créer une continuité au sein du village entre la façade sud et le cocon végétal du nord.

L’objectif d’épouser la pente est prioritaire afin de bien accrocher les constructions au site et ainsi de modifier la perception du volume du Gier avec des échelles différentes et un premier plan progressif.

Prise en compte de la végétation Il sera nécessaire également d’utiliser, prendre en compte les arbres existants (haie coupe-vent plantée il y a 20 ans et autres) dans la composition générale du projet pour l’agrément du parcours et pour proposer des espaces extérieurs agréables pour tous (habitants, riverains, visiteurs…).

 

 

Ce contenu a été publié dans Vie locale. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.